parcours 
 mot de
bienvenue
 
 événements 
 la dépendance
affective
 
 la compétence
parentale
 
 l'enfant-roi 
 la dépression 
 autres articles 
 publications 
 liens à visiter 
 
Abonnez-vous à la liste de diffusion

 

accueil  -  courriel

Alcoolisme, abstinence et sobriété
Alcoolisme, abstinence et sobriété

<< | >>


Les origines de la consommation et l’impact de l’abstinence

     L’examen du développement d’une problématique de consommation indique son apparition habituelle lors du passage à la puberté. Tout porte à croire que l'explication réside dans l’émergence graduelle des affects dans le champ de la conscience à cette période du développement, de sorte que la consommation procure un soulagement marqué de la vie affective, voire l'élimination complète de la présence d'une certaine souffrance de son propre passé, à la différence cependant pour l’enfant roi chez qui la consommation vise l'amplification pure et simple de son plaisir. Cette explication vaudrait également dans les cas d’apparition tardive d’une telle problématique, où tout se passe comme si les affects douloureux auraient finalement eu raison du processus défensif utilisé jusque-là pour l’élimination de leur présence. Il arrive effectivement et assez fréquemment que des personnes développent tardivement une problématique de consommation alors que la souffrance affective générée par leurs difficultés de développement émerge à un âge plus tardif.

     L’examen des origines de cette fuite des affects douloureux par la consommation indique dans un second temps et la plupart du temps un développement dans une dysfonction familiale caractérisée par la présence de l’alcoolisme parental et un abus de pouvoir de cette autorité, génératrice de carences affectives et d'une destruction sévère et minutieuse de l’image et de l’estime de soi chez l'enfant. Quoique cette règle de la présence d’un parent alcoolique ne soit pas absolue, celle d’une dynamique piétinant gravement la personnalité de l’enfant en croissance demeure constante.

     Le drame de l’alcoolisme et de la toxicomanie dans une fuite de sa vie affective réside particulièrement dans la généralisation de l'effet soporifique sur l’ensemble du contenu de la vie affective. Non seulement ces problématiques éliminent-elles la présence de la culpabilité, l’anxiété et l’angoisse à la base de la souffrance intérieure mais elles favorisent le développement de l'agression et de la violence en plus d'annuler toute relation potentielle avec l’ensemble des autres affects, nécessaires à la connaissance de soi et au développement de l’équilibre de la personnalité. L’apparition de la consommation entraîne donc l’arrêt pur et simple du développement de la vie affective; désormais incapables de toute relation avec leurs affects, l'alcoolique et le toxicomane ne disposent donc plus de ce réservoir d'informations qui pourrait leur permettre de ¨ressentir¨ ni qui ils sont ni les conséquences de leur conduite.

     Cette annulation de toute relation avec sa vie affective par la consommation possède deux conséquences dramatiques. Dans un premier temps, il devient impossible pour l'alcoolique et le toxicomane de parvenir à une conscience efficace de soi. Incapable de ¨ressentir¨ ni qui ils sont ni le résultat de leurs comportements, jamais n'entrent-ils en relation avec la culpabilité ou le remords et jamais donc n'ont-ils à changer leur conduite. Demeurant rigides à souhait et attribuant leurs difficultés à d'autres qu'eux-mêmes, c'est en piétinant les autres qu'ils déambulent dans la vie et qu'ils protègent par le mensonge et la manipulation le frêle estime qu'ils possèdent de leur personne. Incapables d'être perçus dans leur nudité affective, c'est avec colère et rage, quand ce n'est pas par l'agression et la violence, qu'ils réagissent à toute intrusion dans leur vie intérieure.

     Dans un second temps, cette annulation de toute relation avec la vie affective leur interdit tout développement possible de leur identité. La raison tient au fait du rôle essentiel des affects dans ce processus dans le sens où l'efficacité de la conscience de soi dépend de ce qui est ressenti à propos de soi. Comme ce processus d'acquisition de l'identité définit la tâche principale de l'adolescence, en aucun temps donc l’alcoolique et le toxicomane ne peuvent-ils dépasser ce stade de développement, peu importe lâge chronologique atteint.
<< | >>



Prochain article : ¨Agir aisément¨ et la spiritualité

© Gilbert Richer. Tous droits réservés 2004 - 2012
[ intégration/programmation BJPcommunication.com ]
[ conception graphique Yves Loignon ]